Pyrale du buis… le retour

« La bête » a posé ses valises à St Martin aux environs de mi-août 2017, puis la colonie s’est propagée dans la région à vitesse grand V. Ca n’est plus un secret pour personne, nous sommes envahis, cernés et bel et bien concernés…  Rien n’est plus ravageur qu’une invasion d’insectes.
D’ici quelques semaines, notre végétation sera à l’affiche, digne d’un film catastrophe de série B : « PYRALE, le retour » !!

 

Originaire d’Asie du sud-est, son introduction en France remonte à 2008, après l’importation de plants de buis ornementaux en provenance de Chine. Ces papillons nocturnes mesurent entre 3,5 et 4,5 cm d’envergure. Ils peuvent être bicolores avec des ailes blanc nacré entourées d’une bande brun clair, ou de couleur entièrement brune. Dans les deux cas, on remarque cette petite virgule caractéristique sur le bord des ailes.

 

 

La durée de vie du papillon est d’environ deux semaines. Après l’accouplement, le papillon femelle effectue plusieurs pontes, formées de petits paquets d’œufs (la bestiole peut pondre jusqu’à 1200 œufs… ça fait du monde !). Sachant qu’il peut y avoir trois générations de papillons par an, cela donne une idée de la vitesse de propagation. La dernière génération passe l’hiver en l’état de jeunes chenilles logées dans des cocons, qui se transforment en papillons au printemps de l’année suivante, et le cycle recommence…

 

Quand l’attaque reste légère, le buis peut produire de nouvelles feuilles, mais lors de pullulations, les buis sont totalement défoliés. La vitalité de cet arbuste est fortement menacée et dans certaines régions, l’ambiance forestière a déjà subi de tristes changements. En cas de « grosse fringale », la pyrale du buis peut consommer d’autres essences (saules, chênes, robinier, etc…). Cette invasion aura forcément un impact sur d’autres espèces si elle n’est pas enrayée rapidement.
En attendant que les chercheurs trouvent une solution, il nous faut lutter avec les moyens du bord afin d’éviter que l’invasion ne prenne de l’ampleur. Par quel bout attaquer le problème… chenilles-papillons, papillons-chenilles… ? En réalité, il faut attaquer les deux de front.


Détruire les chenilles :

La première chose à faire lorsque vous constatez la présence de chenilles vertes dans vos buis, c’est de les retirer manuellement et de les brûler. Plus vous détruirez rapidement un maximum de chenilles, plus la lutte contre la pyrale du buis sera facile. Mais cette action n’est pas suffisante, il faut aussi traiter de manière biologique.

Dans l’idéal, il faut traiter les buis avec du Bacillus Thuringiensis (insecticide biologique). C’est une bactérie qui, une fois ingérée par les chenilles, s’attaque à leur système digestif. Elles cessent alors de manger et meurent en quelques jours (ce traitement ne tue que les chenilles et pas les autres insectes, ni même le papillon de la pyrale… malheureusement).

Traiter en deux temps :

  • aux alentours de février-mars, alors que la pyrale est encore à l’état de larve, pulvériser sur l’ensemble des buis, sur mais aussi sous les feuilles, car les pontes ont lieu sous les feuilles. Le renouvellement du traitement est indispensable, en fin d’hiver ou au début du printemps de l’année suivante, cela permet de venir à bout des larves ayant hiverné au sein de vos buis.
  • renouveler ensuite l’opération tous les mois jusqu’à l’hiver, et oui…

Il existe aussi des recettes « maison » :

  • Le Psorinum (produit homéopathique) : diluer 3 ou 4 globules de PSORINUM 30 C dans un arrosoir rempli de 3 à 5 litres d’eau. Remuer et arrosez les plants à traiter.
  • Le savon noir (méthode artisanale) : Mélanger 2 à 3 cuillères à soupe de savon noir dans 5 litres d’eau, puis pulvériser sur les buis : le savon dessèche les chenilles. Appliquer ce traitement à 3 reprises, à 15 jours d’intervalle.
  • Les mésanges ! Il a été observé que ces oiseaux se nourrissent de chenilles. L’idée est d’installer de petits nichoirs près des buis, afin que les mésanges puissent s’y installer « en famille », tout près d’un super marché local ! (pensez à nettoyer le nichoir après le départ des oiseaux, si vous voulez qu’il soit réinvesti l’année suivante).

 

Détruire les papillons :

Avec un traitement phéromonal :

Pour attirer les mâles au moment de l’accouplement, les pyrales femelles dégagent une odeur particulière, ce sont les phéromones. Le traitement consiste à reproduire cette odeur, afin d’attirer les mâles dans des pièges et ainsi de stopper la reproduction.

 

Recette « maison » :

Remplir une bassine d’eau et ajouter quelques gouttes de liquide vaisselle (la quantité de liquide vaisselle dépendra de la taille de la bassine, l’eau doit être suffisamment savonneuse, mais il faut toutefois éviter l’effet bain moussant !). Positionner un éclairage juste au-dessus. La nuit, les papillons, attirés par la lumière, volent au-dessus du bac et finissent par s’y noyer. Le matin, évacuer les papillons morts pour faire de la place aux suivants !!
Après huit jours de ce traitement, vous verrez le nombre de papillons diminuer dans votre piège…A CHACUN SA METHODE… LA FIN JUSTIFIE LES MOYENS !!

Si chacun lutte de son côté, l’invasion pourra être au moins maitrisée, à défaut d’être complètement stoppée… en attendant que les chercheurs annoncent l’épilogue de cette mauvaise histoire !

 

DOCUMENTATION

Le Bulletin de Santé du Végétal (BSV) du mois de juillet 2017 évoque la question de la pyrale.

Cliquez sur le lien ci-dessous pour en savoir plus :
http://draaf.auvergne-rhone-alpes.agriculture.gouv.fr/IMG/pdf/BSV_AURA_ZNA_no5_du_07-07-2017_cle0cee2f.pdf

Vous pouvez également consulter l’ensemble des Bulletins de Santé du végétal pour les Zones Non Agricoles (ZNA) sur les liens ci-dessous :

Site de la FREDON Auvergne :
http://www.fredon-auvergne.fr/Bulletin-de-sante-du-vegetal-Zones.html

Site de la DRAAF Auvergne-Rhône-Alpes :
http://draaf.auvergne-rhone-alpes.agriculture.gouv.fr/Bulletin-de-sante-du-vegetal

 

Lutte contre les cambriolages

En décembre dernier, impasse du Tilleul, un cambriolage et une tentative d’intrusion dans une maison voisine ont eu lieu, entre 16h30 et 18h15.
Les deux résidences étaient équipées d’une alarme. Dans les deux cas, le ou les auteurs ont forcé une porte vitrée afin de pénétrer dans le domicile.

Outre le fait que la nuit facilite le repérage des habitations inoccupées, elle permet aux personnes mal intentionnées de passer quasiment inaperçues sachant qu’entre 17h et 20h, le flux de circulation est encore important.

Alors restez vigilants !  Si vous constatez un comportement inhabituel, ou un véhicule suspect
dans la commune, prévenez immédiatement le référent
« protection participation citoyenne » de votre quartier.
Si vous constatez un délit en cours, appelez aussitôt la gendarmerie !


Quelques règles à respecter en cas d’absence :

  • Ne laissez jamais une fenêtre, la porte de garage ou encore votre portail ouvert.
  • Sur une façade à l’abri des regards, fermez les volets en cas d’absence (même de courte durée). Prenez ces précautions, même pour aller dans le jardin, surtout s’il est visible de la rue.
  • Ne laissez pas la clé de votre voiture dans l’entrée de votre maison, ou, pire, sur le contact !
  • Ne laissez pas vos bijoux de valeur sur votre table de chevet, tablette de lavabos, meuble d’entrée…
  • N’ouvrez pas votre porte à un soi-disant gendarme s’il n’est pas en tenue, ni à un soi-disant fonctionnaire de police (ou agent EDF, EAU…) sans qu’il ne vous ait présenté sa carte professionnelle comportant sa photo.
  • En cas de départ en vacances, demandez à un voisin de relever le courrier régulièrement, afin d’éviter de montrer votre absence par une boîte à lettre qui déborde de courrier ou de publicité.
  • En cas d’absence prolongée, vous pouvez également signaler votre départ à la brigade de gendarmerie (opération tranquillité vacances/opération tranquillité entreprises) afin qu’une attention particulière soit portée à votre domicile.

Cliquez sur les liens ci-dessous :

Chéquier jeunes 01

Afin de favoriser l’accès des jeunes de l’Ain aux pratiques et aux offres culturelles, sportives et de loisirs proposées dans le département et dans les communes de l’Ain, l’Assemblée départementale a mis en place cette année, le « Chéquier jeunes 01 ».

Ce chéquier permet aux jeunes de 11 à 15 ans de bénéficier de réductions pour des manifestations culturelles ou sportives, de bons d’achat pour des livres… Il peut également servir à financer l’inscription dans un établissement d’enseignement artistique ou dans un club de sport.

Cliquez sur l’image pour avoir plus de renseignements :

AVIS A LA POPULATION

Les travaux d’enfouissement des réseaux secs (PTT, Fibre et EDF) rue de Longeville vont reprendre le 13 novembre 2017 et dureront jusqu’à la fin de l’année.

 

Le Comité des Fêtes nous informe que la soirée « fondue Savoyarde » initialement prévue le samedi 2 décembre 2017 a été reportée au samedi 3 février 2018.

UNICEF

L’UNICEF mène actuellement des actions d’éducation, d’information et de plaidoyer dans les domaines liés à l’enfance.

Il a pour mission d’informer le public français sur les problèmes des enfants dans les pays en voie de développement, et plus particulièrement dans les situations d’urgence. Il veille, en outre, à l’application de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant, en France et dans le monde.

Une campagne d’information aura lieu à Saint-Martin-Du-Frêne, entre le 27 novembre et le 23 décembre 2017. Afin d’obtenir de nouvelles adhésions, une équipe, clairement identifiable par un badge et des vêtements aux couleurs de l’Unicef, ira à la rencontre des personnes, à leur domicile aux horaires légalement prévus à cet effet, soit entre 10h00 et 20h00.

Pour votre information, sachez que :

  • Cette campagne n’implique en aucun cas la collecte d’argent en espèces ou en chèque, il ne s’agit pas de quêtes non plus.
  • Les personnes ne seront pas abordées sur la voirie, aucune activité n’aura lieu dans les espaces publics (en particulier dans la rue), et aucun prospectus ne sera déposé.

UNICEF France, association régie par la loi de 1901 et reconnue d’utilité publique.

Intoxication au monoxyde de carbone

Chaque année, entre 10 et 15 épisodes d’intoxication au monoxyde de carbone surviennent  sur le département de l’Ain, ce qui représente 40 …

Pyrale du Buis et Cie…

  Avant tout, un petit décryptage s’impose : BSV ZNA : Bulletin de Santé du Végétal – Zone Non Agricole FREDON : Fédération Régionale de …